Publié par Laisser un commentaire

Nothing…

 

Roughs en noir et blanc…

Nothing.
J’ai finalement bien réfléchis
La valeur de l’instant n’est plus à prouver
Elle est à vivre.
Prends toi un lait d’amande ou bois de l’eau…
Un whisky aussi c’est pas mal
ou un cocktail…Fin
 
 
Nothing.
Ultimatly, I good thought it through.
The value of the moment is no longer to prove.
It is to live.
Take an almond milk or drink water.
A wiskey is also not bad or a coktail…End.
 
Publié par Laisser un commentaire

Massalia

…Au fil du trait.

 

Homme Oiseau © Valkä

Massalia
Port.
Mer.
Torpeur.
Un vent chaud venu d’en face souffle sur les pavés
et brûle les linges suspendus.
Sirocco.
Une poudre rouge recouvre tout.
Feu.
Le sel brûle les yeux, l’attente du soir immobilise la côte.
Silence. Calme et endormissement.
Bientôt les vies vont se lever pour déambuler dans la fraîcheur.
Nuit.
                      Dimanche 26 avril 2020, 20h00, et il fait encore jour.

« Massalia » © Valka.

 

Sur l’olivier, la mer joue.
Les bateaux s’entrechoquent, marchands, containers, porteurs d’huiles noires…
Les ports sont des villes, les villes sont des ports. Fusion.
Les collines noyées de bleu.
Roches blanches calcaires se jetant dans la mer.
Et l’exil. Et l’attente du retour aux terres. Origines.
Le voyage d’Ulysse ou le voyage de Pénélope, les rôles inversés,
l’un glorifié, l’autre « confiné »… quel est celui qui est allé le plus loin ?
L’arrachement à la terre marine. Vivre. Aux extrêmes. De ces ports et de ce « lac »originel.
Impossible quand on a été imprégnéEs dès l’arrivée par cette brûlure du sel marin.
Attendre les remorqueurs pour être autoriséEs à rentrer au port.
Quand se pointeront-il à l’Horizon ?
Lundi 18 mai 2020, 20h00 et toujours cette lumière du jour !

 

 

 

Publié par Laisser un commentaire

Petite fable de la vallée

Il y a fort longtemps, la mer méditerranée et l’océan se rejoignaient jusqu’aux pieds des châteaux pour se fondre dans la Loire, la Vienne et tous les cours d’eau qui font de cette vallée un lieu particulier, transportant ainsi jusqu’à elle, des bateaux de toutes sortes, caravelles, frégates, navires marchands, navires pirates, pirogues et compagnie.
Les géants, ligériens depuis des temps immémoriaux… les accueillirent avec bonhomie car contrairement à ce que l’on dit,  les géants sont pacifistes, ils ont juste des attitudes qui dues à leur taille peuvent, parfois, provoquer la terreur des hommes.
Tout ceci est une question d’habitude. Ces êtres tranquilles qui se délectaient les pieds dans l’eau de la Loire, aux heures chaudes, et qui en quelques minutes pouvaient vous bâtir un château, vous creuser un trou immense dans la roche ou vous agrandir une rivière jusqu’à lui faire toucher la mer, se prirent au jeu d’aider les humains.
Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi dans cette histoire de castels qui poussent tout au long de la Loire comme des champignons…personne n’explique réellement leur construction soudaine. Il y a bien les autochtones, les prisonniers de guerres, et tout ceux dont on ne parle pas… mais cela ne suffit pas. Il n’y a pas assez de traces dans cette histoire de chantiers menés tambour battant d’un bout à l’autre de la Loire… et si cela a été… pourquoi n’en parler qu’à demi-mot… tout simplement les géants étaient là pour aider les humains et finalement tout se passait très bien, la preuve en est, il n’y a pas un recoin de Loire qui n’a pas son château… des plus grandioses aux plus petits, parfois cachés au fond des forêts et des vals.
Ainsi cette histoire est vraie mais elle n’est pas relatée comme il se doit. Allons ! Un peu de sérieux.  Mais nous sommes dans une fable et une fable n’a pas de codes… sauf celui de son auteur.
Allons donc gaiement sur le chemin gambader dans les prés au milieu des vaches qui paissent tranquilles l’herbe fraîche pendant que la vachère s’est endormie à l’ombre d’un noyer devant la Vienne qui coule paisible en contre bas du vieux château où la Jeanne aurait pointé son nez. Allons main dans la main zigzaguant entre les corps des géants endormis eux aussi… profitant du petit air frais envoyé par les feuilles des saules , des noisetiers et des noyers dans la torpeur silencieuse de l’été.
Valkä. Un certain 5 juillet 2019. Val de Loire.

Hamadryade © Valkä. Détail

« Dans la nuit » © Valkä.

Hamadryade © Valka. Bientôt en vente sur la boutique : à travers la forêt… Hamadryade

Mirage dans la brume © Valkä.  Bientôt en vente sur la boutique : à travers la forêtMirage

À l’aube © Valka

Dans la nuit © Valka

« Château imaginaire » © Valka

Huile sur bois. Géant # Valkä. Work in progress…

« Rouge nuit » © Valkä.