Publié le Laisser un commentaire

“Lorsque les femmes…”

TORPEUR ET CANICULE

“Lorsque les femmes lascivement s’assirent sur les marches de la place, dans la chaleur normale de cette terre antique et ancestrale… et que, sans autre artifice que leurs corps au repos elles se mirent à chantonner et discuter, accompagnées d’une légère brise saline, fidèle amie… le temps s’arrêta. Le soleil brûlant d’été, comme toujours est, dansait avec elles, et dans un dessin parfait s’amusait à projeter l’ombre de leur corps sur le sol dallé de ces marches qui mènent au paradis des senteurs d’oranger et de thym. Puis, soudain, elles se levèrent pour rejoindre la mer.”

 

Publié le Laisser un commentaire

Le cri

Il est tout petit, il fait 13 x 13 cm mais il crie. Je le “balance” ici car j’avais envie de l’entendre à nouveau. Je trouve qu’il est d’actualité. Oui ! il pourrait être dans l’idée de Munch bien qu’aux moments des faits, 2015, il a été peint dans un hurlement soudain et nécessaire sans aucune pensée “Munchéenne”… c’est après coup toujours et finalement que l’on peut chercher à “analyser” le travail spontané. L’instant. Le présent.

Artistiquement vôtre.

Valkä

PS : Pensée brute.