Publié le Laisser un commentaire

Petite fable de la vallée n°2 ou l’eau, les bateaux, les châteaux…

Come back sur : Petite fable de la vallée ( article écrit il y a quelques temps à lire ou relire sur le lien en vert !… ) où les eaux de toutes les mers font accoster des bateaux venus du monde entier aux pieds des châteaux, eux-mêmes construits par des géants… oui nous sommes dans une fable…!!…Voici donc quelques exemples de formats courts d’huiles sur bois que j’ai déjà présentés sur les réseaux, d’autres sont en court de création et seront bientôt en vente dans la boutique : en versions bois peints ou aquarelles sur papier … histoire à suivre !

En cours de travail toujours sur ce thème qui me poursuit intitulé : “L’arrivée.” © … mais ici très grand format sur une structure bois sur 4 panneaux entièrement réalisée à l’atelier.

Publié le Laisser un commentaire

Vermillon

Étourdissants tourbillons sur tes lèvres vermillon
L’oiseau d’argile s’est envolé
Les gréements giflent le vent pour tracer vers ce rêve longuement préparé . Ce rêve aujourd’hui réalité.
Le navire fend les eaux. Blueberry et myrtille. Baisers rouges. Blackberry et mûre. À pleine vie.
Traits rouges dans Pourpre et écarlate. Valka
Publié le Un commentaire

Hygge

Hiver 2023 en ce 13ème jour de janvier … nous voilà la nuit tombée et cet instant de répit au fond de mon terrier. C’est à la nuit tombée pourtant qu’il m’arrive d’en sortir…

Note de la rédaction : “hygge” cet instant des pays scandinaves tout particulièrement Danois avec ces hivers aux nuits sans fin… en somme rester positif lors des longs hivers de ces pays nordiques !

Hey ! … sweet year !

Publié le Laisser un commentaire

Playing with sketches…

Dans la taverne du port…

Avant de prendre la mer..

Il s’imprègne encore un peu des sons produits par ceux qui jamais ne quittent la terre ferme. Ces sons si familiers, des verres, des tasses, des couverts qui s’entrechoquent et se fondent dans le brouhaha des voix, ces sons qui jamais ne connaîtront cette sensation d’être au dessus du gouffre. Le gouffre des profondeurs. Le marin appuyé au comptoir plonge ses pensées dans le noir du café puis le porte à ses lèvres, doucement, chaque gorgée absorbée le rapproche des flots, le rapproche des grands silences étourdissants de ces étendues d’eau à perte de vue qui jamais ne s’arrêtent. Pas de terre, ni de côtes à l’horizon… que l’immensité liquide, humide, brûlante, salée, glacée… terrifiante. Et pourtant, il faut y retourner. Il pose sa tasse, paye et se lève, saluant silencieusement ceux qui savent et sort. L’air marin du petit matin pique son visage… et maintenant quittons la terre.

Valkä, 6 nov 2021

“Contes des étendues bleues.”

Dessin 2021 © Valka Remorqueur et visiteurs...
Dessin 2021 © Valka “Remorqueur et visiteurs…”